La démarche de la conférence de consensus

Le numérique est sur le devant de la scène éducative, porteur d’espoirs et de craintes, tant sociétaux, qu’économiques et pédagogiques. Mais ce que recouvre ce mot est si varié qu’il n’est pas aisé d’en dégager des priorités éducatives.

 

Sujets et acteurs en tension

Dans le domaine de l’éducation et de la formation, il existe une tension entre 3 attracteurs :

> Ce qui a vocation à devenir un objet d’enseignement et de culture ;
> Ce qui relève de l’outil des maîtres (la technologie éducative) ;
> Ce qui instrumente les apprentissages et est susceptible de changer le rapport aux savoirs (les ressources et outils des élèves et des apprenants).

En outre, on observe un ensemble de tensions relatives aux modèles d’organisation de l’enseignement et aux nouveaux rapports entre secteurs public, privé et associatif.

Face à ces incertitudes, il convient de se garder de réponses simplistes. Le numérique n’est qu’un volet d’un système plus vaste. Il évolue trop vite pour que des institutions puissent en planifier facilement l’intégration, surtout quand elles se centrent sur des outils particuliers. Comment identifier des concepts stables et des tendances lourdes ? Comment faire évoluer les curricula ? Quelles sont les perspectives concernant l’usage des ressources éducatives ?

Il existe par ailleurs une perméabilité certaine entre la sphère de l’enseignement formel et le domaine des apprentissages non formels, avec le développement de nouvelles modalités de formation, partiellement ou totalement à distance des institutions de formation traditionnelles, reposant sur la consultation de ressources en ligne (tutoriels sur internet, vidéos et forums, échanges d’images…). Comment prendre en compte cette nouvelle donne ? Quels effets sur les modes de scolarisation ?

Face à ces questionnements, la recherche a produit depuis plus d’un demi-siècle de très nombreuses réflexions. Un savoir-faire considérable a également été produit par des innovateurs et une expertise a été accumulée par les praticiens et les décideurs. Désormais, il semble utile d’interroger, avec l’ensemble des acteurs intéressés, les contours d’un consensus possible. Pour cela, l’idée retenue a été de commencer par identifier des points de dissensus, des tensions à dépasser pour fonder un consensus.

 

Construire le consensus

Le 8 octobre, la Ligue de l’enseignement a organisé un symposium de dissensus visant à identifier les points où des oppositions fermes existent. Cet événement n’était accessible que sur invitation, à la différence de la conférence de consensus qui se tiendra au Salon européen de l’éducation le 17 novembre.

Une question transversale aux différents thèmes structure le séminaire : celle du pilotage des apprentissages et des actions éducatives par des algorithmes, c’est-à-dire par des processus calculatoires automatisés. Ces algorithmes fournissent des résultats utilisés plus ou moins directement, que ce soit dans le choix et la gestion des activités d’apprentissage des élèves, la régulation des parcours d’enseignement et d’apprentissage ou le pilotage des différents segments du système éducatif. En contrepoint, un thème concerne la connaissance même des algorithmes, dans un cadre disciplinaire (informatique) ou interdisciplinaire.

4 ateliers se sont tenus en parallèle, chacun sous la responsabilité d’un.e président.e assisté.e de deux personnes chargées d’élaborer une synthèse des débats. La finalité de cette journée était de produire, sur chacun de ces 4 thèmes, des prises de positions argumentées servant à nourrir le débat lors de la conférence de consensus.

# Quelles nouvelles formes d’apprentissage pour les élèves ?

Lire la synthèse du symposium de dissensus

# Quel pilotage par les algorithmes ?

Lire la synthèse du symposium de dissensus

# Quelle conjugaison possible de l’action publique et du privé
à l’égard des équipements et ressources numériques ?

Lire la synthèse du symposium de dissensus

# Le numérique, quel objet de culture dans l’enseignement obligatoire ?

Lire la synthèse du symposium de dissensus

 

LE PROGRAMME DE LA CONFÉRENCE DE CONSENSUS

Les commentaires sont fermés